Lac Titicaca au Pérou et en Bolivie

La Raya le Col

Arriver à Puno (3827 m) depuis Cuzco en bus de jour permet de découvrir des paysages grandioses, de basculer avec émerveillement de la zone montagneuse accidentée à la vaste région de l’Altiplano, en passant des vallées cultivées et ombragées d’eucalyptus à celles plus désertiques, roussies d’ichu où paissent les troupeaux sous l’œil protecteur des hauts sommets parfois glacés…

Îles péruviennes du Titicaca

Au départ de Puno, le « circuit » commence par les îlots Los Uros. C’est un peu Disneyland… mais on ne peut qu’apprécier le travail assez fantastique des indiens avec le totora, ce roseau typique aux multiples usages.

Los Uros à Titicaca

S’ensuit une longue traversée, au milieu des totoras qui envahissent la baie de Puno, puis le long de la péninsule, pour débarquer enfin à Amantani. Ici, les touristes sont hébergés directement dans les familles de l’île, dans des petites maisons sans prétention d’un village tout...en pente. Ces familles à la vie très modeste se mettent généralement en quatre pour nous recevoir et nous nourrir au mieux.

En fin d’après-midi une grimpette tranquille s’impose sur les hauts de l’île pour admirer le coucher du soleil, du côté du temple carré très touristique de Pachatata ou vers le moins fréquenté temple rond de Pachamama. Malgré le vent glacial et quelques nuages, c’est une belle promenade qui se finit au lever de lune, sous les étoiles, à la lueur des frontales.

Le lendemain, je pars avec le sentiment de ne pas avoir pris le temps de découvrir Amantani comme elle le mérite. J’aurais apprécié pouvoir y rester une journée et une nuit supplémentaire, ne serait-ce que pour arpenter ses sentiers inconnus de la majorité des touristes, partir avec Aurelia à la recherche des moutons et agneaux perdus depuis hier soir, me poser sur un rocher pour quelques heures contemplatives, déambuler dans les ruelles à la rencontre des locaux, …

Amantani a Titicaca Bolivie et Perou

Mais il est l’heure de descendre au petit port coloré et animé par le marché pour reprendre le bateau-navette et rejoindre Taquile.

Au-delà de la découverte des us des locaux et leur art du tissage, c’est une belle promenade le long du sentier en balcon très agréable au milieu des parcelles, des maisons d’adobe et des eucalyptus, avec une vue « maritime » sur le Titicaca et sa cordillère bolivienne enneigée. Un petit côté méditerranéen indéniable, avec par endroit l’horizon sans fin de la « mer » (on a dû mal à se souvenir que nous sommes sur un lac)…

Taquille au Perou et Bolivie

En oubliant la place principale de l’île, super-touristique, je retiendrai de Taquile ses paysages… et l’image de tous les hommes qui, dès leur plus jeune âge, passent leur journée à tricoter. Sûrement Taquile mériterait-elle aussi que l’on parte à la découverte de ses coins isolés à l’ambiance plus sereine, de ses habitants, de ses beautés cachées…

Côté bolivien de Titicaca : de Copacabana (3817 m) à l’Isla del Sol

A 4 heures de Puno, voici la bolivienne Copacabana, où tout se fait à pied autour de sa belle cathédrale au style arabo-andalou et au pied de son Cerro Calvario qui domine la ville et le lac. Ici l’attraction locale, c’est la fête permanente avec la bénédiction des voitures, bus, camions…

Copacabana Bolivie

De la plage de Copacabana, un embarquement matinal permet de rejoindre l’Isla del Sol.
Débarqués à Challa’pampa au nord, nous visitons un petit musée, où l’on découvre l’histoire de la cité engloutie du Titicaca, l’autel aux sacrifices, la pierre sacrée Titi Chkraka avec ses figures à deviner avec beaucoup d’imagination, et l’ensemble labyrinthique d’habitations…

Vient le temps de « caminer » vers le sud de l’île. Le sentier sur les sommets est magnifique. La Cordillère Royale bolivienne semble ici à portée de main. Cette nature paraît beaucoup plus sauvage que sur les îles péruviennes, tout au moins dans sa partie nord et sur son chemin de crêtes. J’ai aimé. Près de Yumani, on retrouve la civilisation, les cultures en terrasse, et même une offre d’hébergement impressionnante. La promenade s’achève avec les fontaines et le rude Escalera del Inca qui mène au petit port.

Isla del Sol

Vaut-il mieux faire les îles péruviennes ou celles boliviennes ?

Cela n’a rien à voir. Les atmosphères et les paysages sont bien différents, même si dans les deux cas nous sommes sur un bout de terre rouge entourée de la « mer » avec au loin la Cordillera Real bolivienne, sous le soleil implacable et le vent frais de l’Altiplano…

Frédérique
Visitez sa page: lemondedewapiti74.spaces.live.com

Si vous avez aimé cet article, vous voudrez probablement lire également ces articles similaires du même auteur.









Par Rédacteur invité

1 Commentaire »

Un commentaire de voyageur...

  1. emule dit:

    se rasemble bcp au paisage de la frontiere argentine, chilie…..le mene jeune par terre et la mountaigne avec du niege en haut,….

Publiez vous aussi votre commentaire!