Excursion au cañon du Colca au Pérou

colca canon

La magie de la vallée du Colca tient évidemment à la beauté extraordinaire de ses paysages, vus d’en haut sur la route entre Chivay et Cabanaconde, mais aussi et surtout de l’intérieur dans le cañon. La force qui se dégage de cette nature à la fois sauvage et domestiquée, l’esthétique de ses coteaux travaillés en terrasse…

Mais cette magie, c’est aussi celle des belles rencontres avec les locaux qui vivent encore dans leurs villages qui ne sont pour l’heure accessibles qu’à pied. Locaux qui portent encore quotidiennement leurs costumes traditionnels, qui font preuve d’un accueil extraordinaire…
Mais pour ces rencontres, il faut prendre le temps de descendre au moins 3 jours dans le cañon pour une marche.

La magie des condors

Après un départ nocturne d’Arequipa et 6 heures de bus, nous voici à la Cruz del Condor (4400 m). Dès 8h, touristes et vendeuses péruviennes arrivent en masse, précédant les fameux condors, fidèles au rendez-vous, majestueux, nombreux, très proches de nos têtes, qui...posent sur les rochers à quelques mètres… Une heure de pur émerveillement. Magie qui arrive à vous faire oublier que nous sommes plus de 1000 touristes réunis en ce lieu à ce moment…

Cruz Condor

Le trekk du cañon Colca, ça descend et ça monte dur !

Le cañon mérite donc 3 jours de trekk, avec de sérieux dénivelées certes, mais accessible à toute personne en bonne condition physique même si elle ne randonne pas régulièrement. Pour peu que l’on prenne son rythme, son temps.

Tout commence par une belle descente caillouteuse de 1100 mètres depuis Cabanaconde ou le Mirador San Miguel (3300 m), sous un chaud soleil. Ensuite, la traversée du rio, une petite grimpette et une agréable traversée de cultures en terrasse sous les eucalyptus permettent de rejoindre San Juan de Chucho (2300 m) pour la nuit.

Cactus

Le deuxième jour, il ne faut pas se contenter du circuit ‘classique’ qui mène rapidement à l’oasis, mais prendre le temps et faire l’effort de la montée à Tapay (2800 m) qui se révèle un charmant petit village, un véritable bijou plutôt ignoré des touristes.

Villages Colcas

Colca cultures

De Tapay, une descente un peu raide sur un sentier un peu délité permet de retrouver le sentier en balcon qui court de Cosñirhua (2660 m) vers Malata, en offrant un panorama splendide sur le cañon, avant de se transformer en une belle descente vers l’oasis de Sangalle (2180 m). Gazon, « cases » en bois aux toits de feuillage, tables et bancs en rondins, végétation nettement plus luxuriante, piscines d’eau tiède délassante, nous sommes vraiment dans une oasis !

Colca Oasis

Enfin, le 3ème jour, un réveil nocturne s’impose pour entamer les 1100 m de dénivelée pour rejoindre Cabanaconde (3300 m). Longue montée où nous apprécions à nouveau la dextérité et la rapidité des locaux sur ces sentiers escarpés.

Cabanaconde

Nous sommes ravis d’avoir pris un guide : très professionnel, sympathique, il nous aura appris plein de choses sur la vie locale, la faune, la flore… Seuls, aurions-nous vu et compris les cultures du cañon et notamment celle de la cochenille ? Repéré les différentes catégories de cactus, d’arbres, de fleurs rencontrées ? Perçu la rudesse de la vie des habitants du cañon ? … Certainement, non.

Au retour, apprécier la vallée du Colca

De Cabanaconde à Chivay, le trajet en bus est long, cahoteux… mais quel panorama sur la vallée du Colca ! Nous admirons les coteaux cultivés d’andènes, les petits villages blottis dans les creux, les magnifiques sommets…

colca-chivay.jpg

Ces heures de bus, c’est l’occasion de rencontres. Avec de jeunes péruviens ravis de discuter un peu de leur belle région avec les touristes que nous sommes… Avec ces anciens silencieux aux costumes traditionnels et au regard qui sourit… Avec des enfants qui s’amusent à être pris en photo ou qui s’endorment sur votre épaule…

Après une pause déjeuner à Chivay qui peut se compléter d’un bain relaxant aux thermes, le bus repart vers Arequipa à travers la pampa. Un autre univers : cahots et poussière, troupeaux de lamas ou vigognes, péruviens isolés sortant de nulle part, comme leurs villages de terre ou de briques dont on ne sait s’ils sont en construction ou à l’abandon… les majestueux Misti et Chachani contournés… La nuit tombe avec notre arrivée sur Arequipa.

Par Frédérique.
Visiter l’espace personnel de Frédérique.

.

A LIRE EGALEMENT
Si vous avez aimé cet article, vous voudrez probablement lire également ces articles similaires du même auteur.













Par Rédacteur invité

1 Commentaire »

Un commentaire de voyageur...

  1. vinya dit:

    j’ai beaucoup aimé votre récit ainsi que les photos de votre site. Je fais partie d’une communauté de voyageurs et si vous le souhaitez, peut-être pourriez-vous nous faire partager votre expérience.

Publiez vous aussi votre commentaire!